Jeux en ligne légaux en France: désavoeu pour Lamour

Cours de Yoga pour les sites de jeux en ligne légaux en FranceLes opérateurs de jeux en ligne légaux en France doivent bouillir dans leur for intérieur suite au refus catégorique du ministre du budget, Valérie Pécresse, de taxer les jeux en ligne sur le produit brut des jeux et non plus sur les mises. Alors que l’amendementr de Jean-François Lamour avait été adopté mercredi dernier en commission des Finances, voilà que ce même amendement est retiré le temps « qu’un travail complémentaire approfondi » ait lieu. Faut dire que Valérie Pécresse s’est dite « ouverte » à ces propositions mais demande à ce que le « niveau de fiscalité demeure le même ». Jean-François Lamour se voit donc en charge d’une mission  sur le sujet confié par la ministre du budget. Autant dire que du côté des opérateurs, rien ne va plus après une telle annonce qui ne fait que retarder la fameuse clause de revoyure que les opérateurs légaux en France attendent depuis si si longtemps.

Depuis plus d’un an, les courses hippiques, les salles de poker en ligne et les sites de paris sportifs sont légaux en France et l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) délivre des licences et en retire également (FullTilt Poker par exemple ndlr) aux groupes respectant le cahier des charges. Alors que tous les opérateurs perdent en permanence de l’argent et exige que l’Arjel revoit sa copie à cause d’une fiscalité bien trop élevée, rien n’a été fait depuis l’ouverture du marché du jeu en ligne. Des salles de poker en ligne se sont retirées du marché notamment 200%poker (lire article Poker en ligne légal en France: Une de moins!) et on voit un changement radical des opérateurs en matière d’investissement et de stratégie. Fini le temps où l’argent coulait à flot , les rooms partaient à la chasse aux grands noms du poker pour leur coller casquette et t-shirt flanqués du logo de la room. Venu le temps des vaches maigres et d’attendre que le Saint Arjel se décide à revoir ses taux et ses conditions si elle ne veut pas que les opérateurs tirent leur révérence et quittent le marché français pas rentable jusqu’à aujourd’hui.

Il existe un grand fossé entre ce que les opérateurs souhaitent et ce que l’Etat veut. Faut dire que l’écho est de plus en plus fort dans les caisses de l’Etat qui résonnent très fort de par le fait qu’elles sont vides. Bon, n’éxagerons rien, la France ce n’est pas (encore??) la Grèce et les cocktails molotovs n’ont pas envahis les rues. La France cherche coûte que coûte à trouver des solutions pour renflouer les caisses de l’Etat. Revoir  la taxe sur les jeux en ligne arrive au pire moment quand l’agence de notation Moody’s menace de baisser la note de la France et son fameux AAA mais se laisse trois mois pour se prononcer. Les nerfs des dirigeants sont à rude épreuves en ces temps difficiles et ceux des opérateurs de jeux en ligne également. Pas évident de satisfaire tout le monde en cette période de crise économique et Jean-François Lamour va devoir remplir une mission qui lui a été confiée par Valérie Pécresse …et qui permet ainsi à l’Etat de jouer la montre.

Pour ne rien arranger, les opérateurs de poker en ligne tout comme les casinos terrestres français pourraient se voir imposer une taxe de 1% afin de financer en partie l’accompagnement des personnes âgées et des personnes handicapées. Rien n’est encore sûr mais les opérateurs légaux devraient exprimer leur ras le bol sur cet amendement au budget 2012.

Les sites de jeux en ligne légaux en France vont devoir faire preuve de patience et attendre que les décisionnaires fassent preuve de compréhension. Le yoga devrait être un excellent moyen de garder son calme à moins que les sites legqux ne se mettent à la voile et décident de quitter le marché pour exploiter d’autres horizons. Antianxiolitique a prendre.

© PokerenligneNews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IMPORTANT! anti-spam

Combien font 2 + 2 ?
Please leave these two fields as-is: