Quand le jeu en ligne légal en France se la joue modéré

L'Arjel le roi des etudes et des stats!A lire la toute dernière étude de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) effectuée sur 500 joueurs en ligne, on ne peut constater que les jeunes sont assez sobres avec les sites de jeux online. En effet, les 18-34 ans affirment dépenser moins de 10% de leur salaire dans les jeux légaux comme le poker en ligne, paris sportifs et courses hippiques. La fourchette de revenus de cette tranche là s’élève entre 1500 et 2000 euros et la dépense moyenne se situe dans les 184 euros mensuels (soit environ le budget d’un paquet de clopes journalier).

Plus de la moitié des joueurs (55%) avouent avoir perdu de l’argent et le poker online reste le jeu ou les chances de gain sont les plus fortes. En effet, sur les 7,6 milliards d’euros de mises en poker, 7,29 milliards d’euros ont été redistribués aux joueurs soit 96% des mises. La redistribution aux joueurs de paris sportifs représentent 80% des mises totales contre seulement 77% pour les courses hippiques.

Joueurs en ligne responsables

Ce qui ressort d’intéressant dans cette étude est que les joueurs misent de manière responsable. Ainsi, 70% des joueurs se fixent un budget et ne le dépassent pas. Pour la moitié des joueurs, ils ne dépensent pas plus de 50 euros par mois dans les paris sur internet et 42% des sondés affirment dépenser entre 50 euros et 500 euros. Seuls 8% des joueurs figurant dans ce panel des 500 joueurs interviewés, ils affirment dépenser plus de 500 euros chaque mois. Ce petit pourcentage de joueurs est la cible préférée des sites de jeu qu’ils appellent « high rollers », terme plus adapté aux joueurs de casinos. En effet, ces gros joueurs qui peuvent dépenser des sommes colossales en un seul mois (ils ne sont pas pour autant des joueurs accrocs mais juste aisés ndlr) sont adulés par les opérateurs qui les fidélisent à coup de bonus et de conditions spéciales histoire de ne pas les voir aller chez la concurrence.

L’Arjel a fait du jeu responsable son cheval de bataille et tient à ce que les joueurs ne tombent pas dans la dépendance. Faut dire qu’avant la légalisation des jeux en ligne en France,  les associations contre l’addiction au jeu étaient montées au créneau pour dénoncer les risques du nombre croissant de joueurs dépendants qui pourraient avoir accès à des tournois de poker de jour comme de nuit ainsi qu’à une ribambelle de paris en ligne. Les joueurs qui préfèrent miser sur internet se la jouent donc responsables selon l’analyse de l’Arjel qui se frotte les mains. L’Autorité de régulation des jeux en ligne ne baisse pas pour autant la garde et compte bien lutter contre l’addiction. Ainsi, les opérateurs peuvent identifier les joueurs présentant des symptômes de joueurs dépendants et leur fermer le compte si ce dernier en fait la demande voire d’un de leur proche.

Autre donnée importante de l’analyse de l’Arjel, les jeunes préfèrent le jeu de poker en ligne et laissent à leurs ainés les courses hippiques. En effet, le cheval n’est pas trop le dada des 18-34 ans qui préfèrent les tournois de poker en ligne et les paris sportifs. Attention, ce désamour des courses hippiques chez les jeunes n’a rien à voir avec l’affaire Findus qui n’a pas pour autant affecté la filière chevaline bien au contraire (la viande de cheval a fortement augmenté!). Les courses hippiques font simplement partie de la culture française et ce n’est pas le PMU qui va s en plaindre.

Il faut toutefois relativiser les données de cette étude puisqu’elle ne concerne pas les sites illégaux de poker, paris sportifs ou encore turf qui pullulent sur le Net. En effet, difficile de tracer des frontières sur la Toile et les VPN bénissent tous les jours la politique française leur permettant d’avoir toujours plus de clients. Stats à suivre.

© PokerenligneNews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IMPORTANT! anti-spam

Combien font 9 + 13 ?
Please leave these two fields as-is: