Année 2013 ou la mort du poker légal en France?

2013 une annee decisive pour le poker en ligne legal en FranceLa fin du monde n’a pas eu lieu le mois dernier et nous voilà repartis pour une nouvelle année. 2013 sera-t-elle aussi riche en rebondissements que 2012?.
Après avoir pas mal cogité à faire une rétrospective de l’année 2012, j’ai fini par m’abstenir. Faut dire que 2012 a été un excellent cru en matière d’informations ou les papiers se sont succédés les uns après les autres (en fonction de mon emploi du temps de ministre surchargé) pour traiter du jeu en ligne. Tout y passe: casino en ligne, poker online, paris sportifs (même les trucages sont passés sur la sellette NDLR) et courses hippiques (pas trop mon Dada, Omar !).

Jeu de domino pour les rooms légales

L’année 2012 fut l’année de l’exode massif des salles de poker légales en France. En effet, les rooms ont quitté le marché français les unes après les autres à cause d’une fiscalité trop importante tout comme les artistes et autres businessmen français qui ont préféré voir du côté de la Grande-Bretagne, Belgique ou Suisse. Des rooms comme Titan, 888poker et Pokersubito, Chilipoker et bien d’autres ont jeté l’éponge et préféré ne pas perdre de temps et d’argent dans un marché qui lui est hostile en terme de fiscalité. Rien n’est fait en France pour attirer et fidéliser les joueurs de poker dont le marché est tenu par les deux mastodontes Pokerstars et Winamax. Les autres rooms comme PartyPoker, Everest Poker, Barrièrepoker, PKR ou Partouche Poker se contentent des restes et même le retour de FullTilt Poker n’est pas convaincant pour ne pas dire désastreux.

L’année 2013 s’annonce comme l’année de tous les dangers en France. Face à une crise économique sans précédent, on est en droit de se poser la question si les quelques salles de poker en ligne légales en France vont rester sur ce marché ou bien vont suivre les rooms qui ont jeté leurs cartes. L’offre dans les salles de poker étrangères réunissant des milliers de joueurs des quatre coins du monde est bien plus attrayante que ce que les rooms 100% « Légal in France » proposent aux joueurs de l’Hexagone. Idem pour les paris sportifs avec une offre chez les bookmakers basés à Malte, Londres ou Gibraltar bien meilleure que notre gamme de paris riquiqui.

Un sursaut de l’Arjel?

Suite à cet exode massif des salles de poker en ligne, silence radio du côté de l’Arjel. La taxation des rooms n’est pas à l’ordre du jour et cette année 2013 ne devrait pas voir une baisse du taux d’imposition de l’offre légale en France. Si d’autres salles de poker venaient à quitter le navire, l’Arjel se déciderait-elle à aller faire pression auprès des décideurs pour leur dire qu’il y a urgence à reformer? Peut-être.

Le monde du jeu en ligne en France est en pleine ébullition et seuls deux opérateurs se portent comme un charme avec une telle crise économique. La Française des Jeux qui a décroché le jackpot et allume un cierge tous les jours histoire que la crise dure éternellement (les résultats explosent pour la FDJ grâce à l’Euro Millions, loto, jeux de grattage et jeux en ligne NDLR) ainsi que le PMU qui galope grâce aux joueurs qui courrent après les gains. Quant à nos casinos terrestres français, ils tirent la langue, attendent des jours meilleurs et mettent en place un tas d’outils marketing histoire de faire revenir les joueurs, fumeurs et non fumeurs, autour des tables de jeux traditionnels et autres machines à sous.

Espérons que la planète jeu en ligne légal en France saura se ressaisir à temps face à un iceberg (la fiscalité) que tout le monde voit mais personne ne fait rien pour sauver la situation. 2013 à suivre.

© PokerenligneNews.com

PS: Je profite de ce premier papier 2013 pour remercier nos fidèles lecteurs pour vos nombreux messages de sympathie. Excellente année à tous et plein de surprises vous attendent cette année sur notre site !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IMPORTANT! anti-spam

Combien font 11 + 15 ?
Please leave these two fields as-is: