La Société française de casinos fait grise mine

Societe francaise de casinos en redressement judiciaireLa Société Française de Casinos (SFC) est à la tête de trois casinos en France et vient de placer sa holding en redressement judiciaire faute d’accords avec les créanciers. Faut dire que la holding de la SFC se porte mal, très mal même. Ses trois établissements de jeux tels que Châtel-Guyon (Puy-de-Dôme), Gruissan et Port-la-Nouvelle (département de l’Aude) qui emploient à eux trois pas moins de 167 personnes sont dans un état financier déplorable. Mais ce ne sont pas uniquement ces trois casinos qui donnent du fil à retordre à la SFC, il y a également le groupe « La Tête dans les nuages » (salles de jeux virtuels appartenant à la Société Française de Casinos ndlr) et qui accusait une dette de plus de 11 millions d’euros en avril dernier. Pas d’autre choix pour la SFC que se tourner vers le tribunal du commerce de Paris pour qu’il place le groupe en redressement judiciaire afin de renégocier sa dette. Mais ce cas n’est pas isolé dans un secteur qui va mal…celui des casinos français. En effet, un des casinos du groupe Partouche, le casino de Beaulieu-sur-Mer, a été prononcé en cessation de paiement le 15 juillet dernier.  Les casinos français subissent de plein fouet la crise économique ainsi que les vérifications des identités des joueurs mais surtout l’absence de tabac dans les salles de jeux. Ces mesures ont entraîné l’exode des joueurs fumeurs vers des casinos en ligne ou un changement des habitudes des joueurs par rapport au jeu (baisse du budget jeu, réduction des fréquentations dans les casinos terrestres français, etc).

La Société française de casinos ne pourra même pas évaluer l’impact du poker notamment de la nouvelle salle de poker en ligne « 200pourcentpoker.fr » dont ses trois casinos sont intégrés à la Société Française de Jeux sur Internet (SFJI) (lire article Poker en ligne: 200pourcentpoker et 888 poker légaux). Le poker en ligne pourrait être un levier de croissance pour les casinos terrestres mais la concurrence est rude avec des groupes qui ont une connaissance du secteur comme aucun autre groupe. Je veux parler de Pokerstars, Full Tilt, Winamax, Chilipoker pour ne citer qu’eux et qui ont une connaissance parfaite du « terrain » du poker en ligne. Les casinos de la Société française de casinos ne pourront pas vraiment profiter de la mise en place de la salle de poker online 200pourcentpoker.fr et ce redressement judiciaire permettra, pour une durée de 4 mois, de renégocier la dette et trouver une solution.

Tous les casinos terrestres français ont le moral dans les chaussettes mais avec la croissance économique de +0,6%, espérons que les joueurs retrouvent les chemins des établissements de jeu. Et dire que l’annonce du placement en redressement judiciaire de la SFC a eu lieu un Vendredi 13..un jour qui devrait être marqué d’une pierre blanche par les dirigeants du groupe de casinos. Affaire à suivre.

© PokerenligneNews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IMPORTANT! anti-spam

Combien font 8 + 15 ?
Please leave these two fields as-is: