Quand la Française des Jeux fait les jeux des Français

Les Francais aiment le jeu et la FDJDire que les français aiment les jeux d’argent n’est pas en soi un véritable scoop tout comme annoncer qu’ils sont infidèles (il n’y a qu’à voir notre président) ou qu’ils sont pessimistes. Oui, les français aiment claquer leur argent dans les jeux dans l’espoir de toucher le gros lot. Comme disait une des superbes pubs du loto « 100% des gagnants ont tenté leur chance ».L’Insee s’est penché sur le sujet et vient de faire paraître un rapport qui fait saliver l’Etat en mal d’argent frais pour renflouer les 2 000 milliards de dettes de notre chère Hexagone: 46 milliards d’euros de mises dans les jeux d’argent pour l’année 2012.

Ce chiffre représente une hausse de 76% par rapport à l’année 2000. Avec 2000 euros de mise moyenne par an, et sans compter les gains, la dépense nette est évaluée à 400 euros par joueur et par an. Mais ces chiffres restent une moyenne et il existe parfois une très grande disparité entre la minorité qui peut empocher un paquet de pognon et la grande majorité « peanuts ». Le grand jeu gagnant reste le Loto et les jeux de grattage. Oui ! Les français aiment gratter, que ce soit les jeux de grattages (Astro, Illiko, Tac O Tac, Happy 2014, Numéro Fétiche, mots croisés, Coup double et j’en passe) ou encore dans les fonds publics pour certains. Les français aiment le jeu et la Française des Jeux se porte comme un charme et ne demande qu’à ce que la crise économique perdure puisqu’elle sait si bien faire vendre. Avec 59% de hausse de la consommation de ses produits entre 2000 et 2012, la FDJ avec son monopole pour le Loto et les jeux de grattages arrive en tête des dépenses des frenchies dans les jeux d’argent. Puis, le PMU a de quoi avoir la banane avec une augmentation de 50% durant la même période. Loin derrière, les casinos terrestres français qui ont le moral dans les chaussettes avec une augmentation de seulement 11%. Faut dire que l’interdiction des mineurs et des sans papiers dans les casinos en dur et la loi contre le tabac a porté un coup très dur au moral des casinotiers. Enfin, la légalisation des jeux en ligne depuis 2010 que ce soit le poker en ligne, les paris sportifs et courses hippiques a également eu un impact dans le système de jeux traditionnels. Et cerise sur le gâteau, la crise économique a plombé le produit brut des jeux des casinos de France dont certains se sont séparés de casinos à l’étranger comme c’est le cas du groupe Partouche avec ses casinos Belges.

Les joueurs français misent sur l’espoir pour changer de vie et donc consacrent une partie de leur argent dans des jeux de grattages, tirages, et autres jeux de casinos histoire d’avoir la baraka. En période de crise économique, le malheur des uns fait le bonheur des autres à savoir certains dont la FDJ occupe la plus haute place du podium avec le PMU. Mises à suivre.

© PokerenligneNews.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IMPORTANT! anti-spam

Combien font 12 + 7 ?
Please leave these two fields as-is: