Archives du mot-clé jeux argent

Après la taxe Nutella, la taxe jeux de hasard

Apres la taxe Nutella, la taxe sur les jeux d'argentVivement que la crise économique qui secoue le monde tire à sa fin et que l’on puisse sortir la tête de l’eau. Pas un jour ne passe sans que l’annonce d’une taxe vienne faire la une des médias. A ce stade là, on va bientôt être taxé sur l’air que l’on respire et chaque habitant portera son petit « oxygènomètre » relié à la centrale d’ODF (comprenez par Oxygène de France) et devra s’acquitter, chaque mois, d’une taxe sur l’air avec facture stipulant sa consommation qui sera  envoyée par courrier, email voire sms. Et ce pour le plus grand bonheur de l’Etat. Faut dire qu’il faut bien trouver des solutions pour renflouer les caisses de l’Etat. Mais où? La France, c’est pas le Qatar et ses sous sols ne sont plein de pétrole et, en temps de crise, il faut savoir puiser là où il y a du pognon. Ainsi, on a eu droit à la fameuse taxe Nutella consistant à taxer de 300% l’huile de palme qui a entrainé un gros malaise diplomatique entre la France et la Malaisie, premier producteur d’huile de palme. Le net s’est emparé de cette affaire notamment dans les réseaux sociaux et le groupe « Touche pas à mon Pot (de Nutella) » sur Facebook est un exemple dénonçant ce projet. Pas plus tard qu’aujourd’hui, on apprend que la Loi Nutella est partie en déconfiture puisque la commission des Affaires sociales Lire la suite

Les traders ou des joueurs dépendants de jeux d’argent

Traders sont des joueurs de jeux d'argentOn le sait tous mais l’Europe est au bord du précipice: une Grèce en situation de banqueroute, une Espagne bancale, un Portugal chancelant, une Italie sur la ligne rouge et une France qui se veut optimiste mais qui devrait prendre une claque magistrale assez rapidement. La faute à qui? Au système financier et bancaire dont les traders jouent avec l’argent des clients et sont dévoués à leur beau métier. Faut dire qu’en matière d’adrénaline, les traders n’en manquent pas. Au quotidien, les analystes financiers en front office et back office se permettent des envolées d’adrénaline digne des voyages sur la lune de Tintin. Sauf que ces prises de risques peuvent coûter cher Lire la suite