Poker legal France

Poker légal en France ou le scenario catastrophe

Nous avons créé cette rubrique afin de vous présenter les différentes salles de poker en ligne entièrement légales en France. En effet, seules les salles de poker en ligne que nous voulions figurer dans une liste ont obtenu la licence de jeu en ligne française octroyée par l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) et son habilitées à proposer leurs bonus, ainsi que leurs tournois gratuits et payants aux personnes résidant dans l’Hexagone. Les joueurs vivant hors de France peuvent également accéder à ces sites de poker online en extension.fr alors que les joueurs français ne peuvent pas jouer dans des salles autres que les rooms légales. Une des nombreuses absurdités mis en place par l’Arjel.

Toutes les rooms ayant répondu au cahier des charges de l’Arjel ont reçu le fameux Graal pour proposer leurs services aux joueurs français en s’assurant de protéger les joueurs pathologiques.

De l’espoir au désespoir

En 2010, quelques mois avant que le marché du jeu en ligne en France ne devienne légal, nous étions, comme l’ensemble des opérateurs de jeu,  impatient de voir comment le marché du poker online allait réagir, certains qu’il allait cartonner. Après un lancement sur des chapeaux de roue, le premier indicateur négatif fut le désistement de Canal Plus et Ladbrokes pour lancer leur room en France. A croire que ces monstres de l’audiovisuel et du gambling avait consulté Madame Soleil. Bien joué puisqu’au fil des mois, les salles de poker en ligne se sont retirées du marché français les unes après les autres. Faut dire que les raisons ne manquaient pas notamment des taxes trop importantes et une offre de jeux ridicule par rapport aux salles de poker en ligne dites illégales. Deux salles de poker en ligne qui ont misé des sommes colossales sont sorties du lot: Pokerstars et Winamax. Le reste des salles qui se disaient confiantes en ont pris plein la gueule et sont reparties tête baissée notamment des anciens grands noms du poker en France comme Titan, Partouche, Chilipoker, Eurosportpoker, Barrierepoker et j’en passe. Les salles de poker légales ont préféré sortir de ce marché plutôt que de travailler à perte. Quant à l’Arjel, elle n’a pas fait grand chose pour revoir sa copie et faire en sorte de retenir les salles de poker en ligne de s’exiler hors de nos frontières.

Les quelques salles de poker légales en France qui ont reçu leur licence de poker française ont toutes respecté le cahier des charges de l’Arjel notamment la mise en place de dispositifs tels que :

– Lutte contre le blanchiment d’argent et la fraude,
– Prélèvements sur les mises redistribuées notamment aux filières sportives et hippiques,
– Protection des joueurs mineurs et des joueurs pathologiques,
– Sécurité et sincérité des opérations de jeux: les paris sont contrôlés rigoureusement et les opérateurs travaillent de manière étroite avec les organisateurs d’événements sportifs (Ligue Football Professionnel, FFF, etc)

Les sites de poker en ligne légaux en France ont reçu leur licence une fois que l’Arjel a vérifié que le cahier des charges a été scrupuleusement respecté. Seuls les sites légaux sont habilités à proposer leurs services en France. Tout site illégal proposant des salles de poker ou des tournois de poker illégaux sont passibles de fortes amendes et de peine de prison pour leur dirigeant.

Taxe, pub et sponsors trop chers

Les salles de poker légales françaises qui ont reçu leur licence de l’Arjel sont en grandes difficultés financières de par une fiscalité pénalisante et trop élevée. En effet, les opérateurs légaux payent de très fortes taxes sans oublier des frais exorbitants en publicité pour se faire une place dans un secteur très compétitif. En effet, on assiste à un « exode » de salles de poker en ligne sur le marché français. La room 200%poker a quitté le marché faute de rentabilité et comme aborde précédemment Canal Plus et Ladbrokes ont préféré ne pas lancer leur salle de poker en ligne. Quant à TF1, elle s’est débarrassée de sa salle de poker online Eurosportpoker pour se concentrer sur son domaine de prédilection – l’audiovisuel – qu’elle maitrise bien mieux que la gestion d’une room qui n’est pas vraiment son dada.

Les salles de poker légales françaises se serrent donc la ceinture et font la chasse au gaspillage. Parfois ce sont leur ambassadeur qui sont les premiers concernés par ces mesures comme ce fut le cas du joueur professionnel de poker Valentin Messina dont Everest Poker n’a pas renouvelé son contrat « faute de moyens financiers ». La salle de poker en ligne Winamax a rompu son contrat avec le groupe spécialisé dans l’affiliation Gambling Affiliations pour ne pas payer des CPA trop élevés. Winamax et Pokerstars ont investi le plus en pub et récoltent aujourd’hui les fruits de cette course à l’image puisqu’ils sont leaders laissant aux quelques autres rooms les miettes.

L’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) continue de faire la sourde oreille et l’exode des salles de poker en ligne continue son chemin avec la dernière en date celle du groupe Barrière et de la Française des Jeux. Hormis la Française des Jeux et le PMU, aucun opérateur ne gagne de l’argent (ou très peu) sur le marché du jeu en ligne en France trois ans après l’ouverture de ce marché et ce tout domaine confondu: poker en ligne, paris sportifs et courses hippiques.

Notre page de salles de poker en ligne légale en France est vide car nous ne sommes pas en mesure de vous en proposer faute de choix. Nous allons donc enfiler notre bonnet rouge histoire de faire une poker face en guise de protestation contre une offre riquiqui face à une Arjel apathique qui ne montre pas le moindre geste de compréhension envers les opérateurs légaux.