Casinos à Paris : nouvelle capitale du jeu?

Casinos terrestres a Paris pour bientôt?Las Vegas: Capitale du jeu. Nombre d’habitants: plus de 600 000. Signe particulier: une quarantaine de casinos. Paris: Capitale de la France. Nombre d’habitants: Environ 2,3 millions d’habitants. Signe particulier: Un seul casino et Ibrahimovic qui zlatane notre « pays de merde ». Vous l’aurez bien compris, Paris manque de casinos.

C’est bien beau de monter admirer la vue de paris depuis la Dame de fer, d’assister à de beaux spectacles à Pigalle ou encore de marcher sur la plus belle avenue du monde mais les touristes qui souhaitent jouer aux machines à sous, aux tables de roulette, boule 2000, baccarat et blackjack, vous y avez pensé? Et ces pauvres parisiens en mal de jeu qui doivent se taper le trajet jusqu’à Enghien pour se rendre dans le seul casino de la région, pas cool. Autant dire que le groupe Barrière se frotte les mains puisqu’il gère le casino d’Enghien-les-Bains depuis des lustres et tous les soirs il décroche le jackpot.

Alors que Paris est la première destination mondiale du tourisme, cette ville ne compte qu’un seul casino …et ne parlons pas des passionnés de poker qui n’ont pas d’autre choix que de jouer dans les salles de poker en ligne puisque les cercles de jeux se sont mis au domino et ont ferme les uns après les autres. Mais il se pourrait bien que les choses changent…

Etat des lieux des jeux à Paris

L’an passé, notre belle capitale nationale, Paris, a accueilli pas moins de 32 millions de touristes qui se sont rendus en masse à la Cathédrale Notre-Dame de Paris, à la Basilique du Sacré Coeur, au Musée du Louvre, à la Tour Eiffel et au centre Pompidou pour ne citer que les 5 sites culturels les plus visités. Autant dire que sur le plan visites, les touristes ont de quoi user des souliers avec les kilomètres à parcourir. Ne parlons pas des restaurants gastronomiques dont nous, français, sommes si fier que ce soit les restaurants étoilés ou bien dans les meilleures pâtisseries au monde dont les touristes raffolent. Juste le fait d’évoquer son nom met en émoi toutes mes papilles….Pierre Hermé. Désolé mais parler de Paris sans citer les pâtisseries de Pierre Hermé est inconcevable et j’avoue que mes passages à Paris commencent par un détour chez ce professionnel au travail d’orfèvre de la texture et du goût. Comme dirait l’autre « sans transition », il manque dans la capitale des établissements de jeu que ce soit dans le domaine des jeux de casino ou du poker. En effet, depuis que les cercles de jeux ont fermé les uns après les autres, les joueurs de poker l’ont mauvaise dont le dernier en date est l’Aviation Club de France. En effet, après le cercle Concorde, Wagram, Cadet, Eldo et ACF, Paris a fait le ménage dans le milieu des cercles dans la capitale et, depuis 2007, 13 établissements ont mis la pancarte « Fermé ». Il y a tout de même le club Clichy-Montmartre qui reste le dernier établissement ouvert mais pour une ville de plus de 2 millions d’habitants, ça fait un peu « just » pour les passionnés de texas holdem qui pullulent à Paris.

Quant au monde des jeux de casino, seul le casino d’Enghien-les-Bains a le sourire puisqu’il n’a pas de concurrent direct. En effet, depuis que la loi interdit des établissements de jeu à Paris, le casino du groupe Barrière prône en tête de classement très loin derrière le deuxième casino de France. Chaque jour, les joueurs se ruent dans le seul casino de la région et pour certains ils doivent faire plusieurs kilomètres pour jouer aux jeux de machines à sous ou jeux traditionnels de casino. Quant aux touristes les plus courageux, ils doivent se taper le tacos et débourser une blind pour se rendre dans cet établissement de jeu qui peut paraître ridicule face aux casinos de Las Vegas ou de Macao.

En somme, un joueur passionné de casino ou de poker se fait chier (excusez l’expression NDLR) à Paris et la capitale française se doit de réagir urgemment.

Casino à Paris: Le changement c’est maintenant?

Alors que les cercles des jeux n’existent quasiment plus à Paris, il semblerait qu’une petite révolution soit en marche dans le monde du casino dans notre belle capitale. Travaillant en mode « sous marin », le gouvernement a créé un groupe d’études sur la question de l’offre légale de jeux à Paris. Avec à la tête de cette étude, l’ancien préfet de la région Ile-de-France, Jean-Pierre Duport qui auditionne des professionnels du secteur du jeu et autres responsables politiques, il se pourrait que les choses évoluent. Faut dire que la manne financière est considérable quand on sait que Paris est une des villes touristiques les plus visitées aux monde et que les parisiens pourront jouer à leurs jeux de prédilection sans se taper les embouteillages, le RER, ou bus. Quant à la ville de Anne Hidalgo, c’est le jackpot assuré puisque les prélèvements et autres taxes (on parle de 30 millions d’euros par an) pourront permettre d’engranger encore plus de pépettes et permettre aux français de pouvoir éviter de marcher en slalom entre les crottes de chiens dans les rues parisiennes ou bien envisager le financement de formations de « comment ramasser la crotte de mon chien » aux propriétaires de clébard. De plus, les futurs casinos de Paris pourront également profiter de cette aubaine financière qui feraient de l’ombre au casino d’Enghien-les-Bains qui perdrait sa place de monopole.

Ceci étant, ce n’est pas pour demain que de nouveaux casinos ouvriront à Paris d’autant qu’un projet de casino à Roissy fait également couler beaucoup d’encre. Mais on sent un début de changement avec la mise en place de cette étude et il faut s’attendre à ce que les partisans des anti casinos se manifestent contre une telle décision que ce soit pour le trouble de l’ordre public ou encore les problèmes d’addiction. Un vent nouveau souffle sur Paris et le groupe Barrière et l’ensemble des groupes de casinos français que ce soit le groupe Partouche, Joagroupe, Tranchant ou Cogit ont les yeux rivés vers la Place Beauveau. Casinos à Paris à suivre.

 © PokerenligneNews.com